London 2005 by night

Entrez dans les ténèbres
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 L'Elu de Fenrir, première partie

Aller en bas 
AuteurMessage
Lestat
MJ sadique
Lestat

Nombre de messages : 3013
Age : 31
Localisation : Derrière l'écran
Date d'inscription : 22/03/2007

L'Elu de Fenrir, première partie Empty
MessageSujet: L'Elu de Fenrir, première partie   L'Elu de Fenrir, première partie Icon_minitimeLun 17 Aoû - 16:10

HRP : Marc, au cours de notre voyage avec Constantin, nous avons croisé Cha et Maxime, et chacun d’entre eux à joué une partie d’un scénario one shot se situant entre 1453 et 1560. Le scénario se nomme L’Elu de Fenrir et traitait de la montée de l’Impie et de la création du Cercle de la sorcière. Ils ont donc créé des personnages pour l’occasion. Charlotte a accompagné Constantin lors de la première partie en 1453, et Maxime l’a suivit pour la seconde partie se situant une centaine d’années plus tard en 1560. Je vais donc raconter les grandes lignes ce qui s’est passé sous forme narrative, une sorte de flashback qui vous aidera à comprendre qui est l’Impie. Les personnages faisaient tous partie de la faction informelle des vampires païens.

Les personnages :

Nelly Montgomery, esclave noir échappé des colonies anglaises, Gangrel (Constantin)
Allister, alchimiste à la recherche de la beauté éternelle, Daeva (Maxime)
Marina Hands, excentrique cultivée, Mekhet (Charlotte)


Dans les années 800, du temps où la Lancea & Sanctum régnait en maître absolu sur la ville de Londres, les raids vikings avaient commencé, poussant les vampires à se joindre aux mortels pour repousser les envahisseurs païens qui massacraient les bons chrétiens. Ils n’empêchèrent pas l’occupation nordique qui insinua ses croyances dans les rangs de la Famille, semant les graines d’un conflit de la nuit qui s’étendrait sur plus d’un millénaire. C’est ainsi que Gudbjörn, un vampire viking du clan Gangrel, devint le leader d’une faction de sanguinaires vampires païens vénérant le panthéon scandinave et vouant une haine profonde envers les Sanctifiés et leur dieu. La guerre venait de commencer.

En l’an de grâce 1453, date marquant la fin de la Guerre de Cent Ans, les nuits londoniennes étaient dominées par le puissant Invictus sous l’égide du prince Ventrue Tolucan Sinn, second membre de la dynastie Scur. Le conflit entre Sanctifiés et vampires païens redoublait de violence et l’Evêque Aldhelm ordonnait une croisade contre la faction de Gudbjörn dans l’indifférence total du Premier Etat. Le temps des vampires païens était désormais compté…

Dans une vaste cave souterraine quelque part sous les quartiers les plus rudes et misérables de la ville, une procession inquiétant de vampires imposants et brutaux attendaient avec impatience l’exécution d’un rituel sanglant par le skald et prophète Eric pour solliciter l’aide du monstrueux loup Fenrir. Un pauvre mortel apeuré fut amené devant une statue terrifiante du féroce loup et égorgé sans ménagement au son des incantations psalmodiées par l’assistance païenne. Le flot de sang s’écoula dans un réceptacle tenu par Eric, puis des lampes à huile furent jetées sur le pauvre homme qui se transforma instantanément en torche. Le skald se pencha au dessus du réceptacle et lut à haute voix le message que Fenrir lui transmettait à travers le sang.


- Chers amis, Fenrir m’envoit un message de fureur qui signe l’arrêt de mort de nos ennemis. Son élu vient d’arriver en ville et revêt tous ses idéaux : force, puissance et sauvagerie. Cet élu est un mortel, et nous devons le trouver afin de l’amener dans nos rangs.

Gudbjörn, l’intimidant viking et chef des païens, désigna deux jeunes vampires, Nelly Montgomery et Marina Hands afin de trouver l’élu de Fenrir et le ramener le plus vite possible. A peine la mission leur fut-elle confié que le quartier général des païens fut assailli de toute part par des croisés au service de l’Evêque Adlhelm. Les deux jeunes vampires parvinrent à s’enfuir, mais cette nuit là les vampires païens subirent de lourdes pertes et nombre de leurs refuges furent compromis.

Nelly et Marina pensèrent très vite que l’élu de Fenrir pouvait être un combattant aguerri ou même un prisonnier dangereux détenu dans la tour de Londres. Cependant, cette dernière piste s’avéra infructueuse, et la première semblait la plus probable. En effet, de nombreux soldats rescapés de la guerre revenaient, blessés et brisés par les choses qu’ils avaient vu, et l’élu venait d’arriver à Londres d’après les dires d’Eric. Les deux jeunes vampires se rendirent donc à la caserne principale du guet et interrogèrent les soldats qui venaient de rentrer. La plupart étaient blessés et leurs regards tristes et sombres témoignaient de l’horreur à laquelle ils avaient été confronté lors de la campagne anglaise. Mais les hommes semblaient encore plus effrayés par leur capitaine, un certain Roderick Wolfram, tristement célèbre pour sa cruauté et sa soif de combat. D’après les soldats, il était prêt à tuer ses hommes si ceux-ci refusaient de se lancer dans des massacres de masse lorsque l’ennemi était vaincu. Le capitaine correspondait parfaitement au profil que recherchaient Nelly et Marina, jusqu’à son nom qui le plaçait dans les bonnes grâces du loup Fenrir : Wolfram. Les deux vampires furent guidés vers une taverne que le capitaine fréquentait souvent, le Rat Pendu. Ils se rendirent donc dans l’un des lieux les plus dangereux de la ville pour trouver la taverne, et se firent indiqué le capitaine par le tenancier. Roderick Wolfram était assis seul à une table, dégustant une chope de bière. Vêtu de sa cotte de maille et de ses vêtements de guerre encore souillés par le sang de ses ennemis, l’homme n’avait plus que la peau sur les os malgré sa carrure avantageuse. Son visage marqué par la guerre ainsi que la cruauté maligne et réfléchie qui émanait de son regard noir pervertissaient la grande beauté qui avait du être la sienne si toutefois il avait un jour été libre de sa corruption intelligente.
Soudain, un client renversa un peu de son breuvage sur la chevelure grasse du capitaine qui réagit immédiatement. Il se leva et sous le regard apeuré du pauvre homme, lui écrasa sa chope sur le crâne dans un craquement sinistre. La victime s’effondra et fut prise de convulsions sous l’effet du choc, spasmes que Roderick Wolfram réduisit à néant en écrabouillant la tête du client de sa lourde botte. Les gens s’écartèrent, et personne ne vint contester l’action du capitaine du guet, le laissant libre de se rassoir comme si de rien était. Il parut évident aux deux vampires qu’ils regardaient l’Elu de Fenrir.

Ils l’abordèrent et furent confrontés à son mépris total. La seule manière selon eux de l’intéresser était de lui donner l’occasion de montrer sa dominance. Nelly Montgomery dont la carrure était des plus intimidantes, provoqua donc Wolfram en duel à mains nues, et lui dit qu’en cas de victoire, il devrait l’écouter. S’il perdait, le capitaine était libre de faire ce qu’il voulait. Sûr de lui, Roderick Wolfram accepta, et ils quittèrent donc la taverne pour un combat de rue dont l’issue pouvait très bien être mortelle. Mais Montgomery était certain de sa victoire, même sans utiliser le pouvoir du sang. Quelle erreur…

Roderick Wolfram s’avéra être un adversaire redoutable pour un humain, et Nelly se vit obliger de faire appel au sang pour peut-être surpasser son ennemi. Mais même cela ne fut pas suffisant et, renonçant à tout honneur, Nelly se saisit d’une planche qu’il trouva sur le sol et s’en servit pour frapper le capitaine. Au bord de l’évanouissement, ce dernier s’acharna néanmoins, refusant de laisser échapper une victoire qui aurait du être sienne. Mais tout redoutable qu’il était, le capitaine Wolfram tomba au sol et Nelly put l’immobiliser afin de lui exposer la situation en des termes que Roderick pouvait décemment comprendre. Il mentionna donc une guerre entre deux castes, l’une païenne, l’autre chrétienne. Roderick Wolfram haïssait le dieu chrétien, et il fut réceptif, sans compter qu’il était des plus intrigué par la résistance hors du commun du premier adversaire sur qui il n’avait pas eu la suprématie. Gravement blessé, le capitaine Wolfram fut amené au refuge de Marina Hands et laissé aux bons soins de son serviteur.

Le lendemain, les deux vampires parvinrent à trouver le nouveau quartier général des païens et purent parler à Gudbjörn du capitaine. Le viking ordonna qu’on lui amène l’humain. Mais à leur retour au refuge de Marina Hands, les deux jeunes vampires constatèrent que le capitaine avait disparut. Interrogeant le serviteur, ils apprirent que des vampires avait fait irruption et kidnappé l’élu. Pensant avoir été suivit, les deux vampires revinrent sur les derniers lieux qu’ils avaient fréquentés et apprirent qu’un individu inquiétant avait interrogé toutes les personnes qu’ils avaient eux-mêmes cotoyées, donc les soldats et le tenancier du Rat Pendu. L’inconnu semblait créer un sentiment de trouble et de peur chez les mortels qu’il interrogeait, et ceux-ci n’osait pas lui cacher ce qu’ils savaient sur les intentions de Nelly et Marina. Ces derniers pensèrent donc à un vampire nosferatu et se rendirent au Château Scur, Elysée de Londres, afin de rencontrer l’infant du prince et Gardien de l’Elysée Stephen Coldbridge. Ce dernier fut intrigué par les motivations des deux vampires, mais évoqua néanmoins la possibilité qu’ils furent suivis par l’inquisiteur Lanford Stampleton. Nelly et Marina retournèrent donc faire leur rapport à Gudbjörn. Le leader païen prévoyait déjà de lancer une contre-attaque contre les Sanctifiés dans le but d’en finir avec l’Evêque Aldhelm et de libérer le capitaine Roderick Wolfram. Il laissa trois nuits aux jeunes vampires pour proposer un plan pour duper l’Evêque et le pousser à sortir de ses retranchements. Cependant, les stratégies de guerre n’étant pas l’apanage de Marina Hands, Gudbjörn la fit remplacer par Allister, plus à même d’épauler le très instinctif et primaire Nelly Montgomery.

Allister proposa de se rendre à l’Abbaye de Westminster et de s’afficher comme traître en indiquant aux Sanctifiés l’emplacement du nouveau quartier général des païens afin que l’Evêque envoie toutes ses forces dans la bataille pour en finir une bonne fois pour toute avec Gudbjörn. Allister parvint à convaincre l’Evêque, mais il n’en fut pas moins enfermé dans de sombres geôles sous l’abbaye en compagnie du capitaine Wolfram, gravement blessé par les tortures qu’il avait subi. Nelly Montgomery espionnait l’abbaye en compagnie de quelques combattants païens en espérant qu’il verrait les croisés en sortir pour l’affrontement final. Et cela se produisit. L’Evêque Adlhelm, désireux de contempler la défaite de son ennemi s’était joint à l’escouade de croisés qui quittait l’abbaye pour attaquer le domaine païen. Nelly avait donc le champ libre et parvint à s’introduire dans l’abbaye en passant par les égoûts, non sans rencontrer une résistance de quelques nosferatus chargés de garder les tunnels. L'un des nosferatus fut diablé sans scrupule par le vampire noir. Quelques combattants Sanctifiés étaient restés à l’abbaye et s’attaquèrent au groupe de païens dont Nelly se sépara afin de chercher l’élu et Allister dans les geôles dissimulées sous la chapelle. Il trouva leur cellule mais fut incapable de l’ouvrir. Il remonta donc vers la nef centrale et fut attaqué par un croisé qu’il parvint à envoyer en torpeur. Trop accaparé par ce qu’il cherchait, Nelly ne prit pas la peine de l’achever. Il ignorait à cet instant qu’il venait d’épargner Clyde Recon, l’infant de l’Evêque Adlhelm. Soudain, Nelly aperçut un vampire qui se dirigeait vers les geôles. Se lançant à sa poursuite, le gangrel constata que le nosferatu qu’il suivait déverrouillait la cellule de Roderick Wolfram et Allister pour les achever. Le vampire n’était autre que l’inquisiteur Lanford Stampleton.

Sans plus réfléchir, Nelly se lança à sa suite, l’épée d’un croisé en main, et pénétra dans la cellule. L’inquisiteur fit volte face et n’eut pas le temps de réagir lorsqu’Allister enserra ses bras autour de sa gorge, laissant la voie libre à Nelly Montgomery qui transperça par deux fois l’abdomen de l’inquisiteur, l’envoyant en torpeur. Allister profita de l’occasion qui s’offrait à lui pour diabler l’inquisiteur, commettant à son tour l’horrible péché de l’Amaranthe. Les deux vampires offrirent de leur sang au capitaine Roderick Wolfram et firent de lui une goule afin qu’il puisse utiliser la vitae pour se soigner. Ils purent ainsi l’emmener vers le domaine des païens.

Lorsqu’ils arrivèrent, le combat entre païens et Sanctifiés faisaient encore rage et ces derniers avaient le dessus. Gudbjörn et Aldhelm se battait férocement dans un combat singulier dont l’issue pouvait être décisive pour un camp comme pour l’autre. Ainsi, lorsque Gudbjörn fut jeté à terre par l’Evêque et que celui-ci leva bien haut sa lourde épée pour frapper, les païens qui purent voir la scène furent submergés d’une vague de désespoir. Mais le capitaine Roderick Wolfram, animé d’une haine profonde pour celui qui avait ordonné ses tortures se saisit d’une lance sur le corps inanimé d’un Sanctifié, chargea l’Evêque et frappa. La lance traversa littéralement le cou d’Aldhelm qui ouvrit la bouche de surprise, laissant échapper un flot de sang. Dans un cri bestial de victoire, Roderick Wolfram tourna son arme en tout sens pour mutiler la gorge de l’Evêque, le traînant par terre et repeignant par la même occasion le sol avec le sang ruisselant du puissant vampire. A force de moulinets brutaux, la tête de l’Evêque Aldhelm fut séparée de son corps et il tomba en cendres. Terrifiés par ce nouvel adversaire, les croisés restèrent un instant stoïque, sous le choc, instant que saisirent les païens pour frapper.

Cette nuit-là, les vampires païens victorieux rétablirent l’équilibre entre leur faction et la Lancea Sanctum. Convaincus d’avoir trouvé l’Elu de Fenrir, ils célébrèrent le capitaine Roderick Wolfram qui reçut l’Etreinte par Gudjörn lui-même.

Cette nuit-là, une antithèse au dogme sanctifié était née. Quelque chose de monstrueux annonçant une ère de terreur pour la Lancea Sanctum.

Quelque chose d’impie.



FIN DE LA PREMIERE PARTIE

_________________
"Un conseiller pour le controle des Elysees, un conseiller pour maintenir l'ordre, et un Prince pour les gouverner tous et dans les tenebres les lier."

Lestat, a propos du Prince Castlevaughn et de son cercle interieur.


Dernière édition par Lestat le Mar 18 Aoû - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://londonbynight.forumactif.fr
Invité
Invité



L'Elu de Fenrir, première partie Empty
MessageSujet: Re: L'Elu de Fenrir, première partie   L'Elu de Fenrir, première partie Icon_minitimeLun 17 Aoû - 18:36

Belle prose et récit très intéressant, merci!
Xx
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Elu de Fenrir, première partie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London 2005 by night :: Hors roleplay :: Nouvelles-
Sauter vers: